Les inscriptions pour l'édition 2021 sont clôturées terminées fermées

Tu as fait le bon choix ! Nous allons expliquer les différents postes et puis tu pourras choisir le poste idéal. Si tu connais tout ça, tu peux aller directement en bas de la page !

Tu peux gérer toute la production de A à Z en solitaire et proposer ton film 100% autonome.

Que ce soit avec un téléphone, ou une vraie caméra, le tout est simplement d’aller au bout du projet.

Son rôle
Donner vie à l’un des personnages du scénario. Les acteurs (ou comédiens) incarnent les personnages de l’histoire.

Avant le tournage
En général, les acteurs passent des castings et des auditions afin de déterminer lequel incarnera le mieux chaque personnage. Une fois sélectionnés, les acteurs se préparent au tournage. Ils doivent s’imprégner du scénario et s’intéressent le plus possible au personnage qu’ils incarnent. Certains suivent parfois un apprentissage spécifique (langue, métier, sport…) pour mieux interpréter leur rôle.

Pendant le tournage
Les acteurs sont au cœur du film. Ils jouent les scènes où apparaît leur personnage, sous la direction du réalisateur.

Après le tournage
Les acteurs ne font généralement pas partie de la post-production, sauf s’ils sont aussi réalisateurs ou producteurs du film. Exceptionnellement, ils peuvent rejouer des scènes (ou “retakes”, en anglais). La postsynchronisation – ou réenregistrement des voix en studio, pour une meilleure qualité – est fréquente dans les pays anglo-saxons, plus rare en France et en Belgique. Les acteurs assurent aussi la promotion du film à travers les interviews avec les journalistes et la présentation des films dans les festivals ou lors des avant-premières publiques.

Ses qualités
Avoir le sens du jeu, pouvoir se mettre dans la peau d’une autre personne et exprimer des émotions, avoir du charisme, une capacité à mémoriser un texte ou à improviser. Un film n’est pas toujours tourné dans l’ordre chronologique de son histoire. Les acteurs doivent donc pouvoir enchaîner des scènes sans rapport les unes avec les autres.

Les études
La majorité des acteurs ont une formation d’art dramatique, parfois axée d’abord sur le théâtre. Contrairement aux apparences, le métier est aussi technique : on apprend l’expression corporelle, à poser sa voix, à puiser des émotions… Mais le diplôme n’est pas obligatoire pour faire carrière. Il existe des formations réputées en France et en Belgique.

Anecdote
Les frères Dardenne ont souvent travaillé avec de jeunes comédiens débutants, à la formation parfois rudimentaire. Emilie Dequenne n’avait que 17 ans lorsqu’elle incarna Rosetta dans leur film éponyme. Ce rôle lancera sa carrière et lui vaudra le Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes, en 1999. Deborah François était âgée de 16 ans lorsqu’elle joua dans “L’Enfant”. L’une et l’autre avaient pour toute formation des cours suivis dans des académies de théâtre de leur région.

(Source : La Libre.be )

Son rôle 

un figurant est un acteur  ou une actrice — qui ne prend qu’une part accessoire à l’histoire. Un figurant qui parle se nomme silhouette. 

Au cinéma, on emploie plus fréquemment le terme d’« acteur de complément ».

Le figurant apparaît à l’écran et est important pour « montrer » qu’on est dans la vraie vie.

Par exemple, si on mettait que 2 acteurs qui discutent dans un stade de foot, hey bien cela ne paraît pas naturel.

Néanmoins, il fait partie de l’équipe et doit être considéré par le régisseur et l’équipe technique comme un acteur.

Son rôle
Il dirige le tournage et la création artistique du film. C’est le patron de toutes les équipes durant le tournage du film.

Avant le tournage
Sur base du scénario, qu’il a parfois écrit, il s’occupe du découpage du scénario en plusieurs séquences et définit avec l’assistant réalisateur et l’équipe de production un planning de tournage. Il choisit les comédiens – ce qu’on appelle le casting – et effectue ou supervise des repérages pour choisir les décors dans lesquels il va tourner. Il dirige éventuellement des répétitions (ou “lectures”) avec les comédiens.

Pendant le tournage
Il supervise le travail de toutes les équipes. Mais son travail essentiel est de diriger la mise en scène et le travail des comédiens.

Après le tournage
Il supervise ce qu’on appelle la post-production : montage image, montage et mixage son, éventuellement réalisation des effets spéciaux ou doublage.

Ses qualités
Le réalisateur est conteur visuel. Il doit avoir un sens de l’image et du récit. Il doit pouvoir travailler en équipe, savoir à la fois diriger et écouter. Il doit savoir diriger des comédiens. Idéalement, il doit aussi avoir une bonne connaissance de tous les métiers techniques du cinéma.

Les études
Dans les métiers du cinéma, elles sont parmis les plus prisées. Plusieurs écoles existent, en Belgique comme à l’étranger. Certains réalisateurs ont toutefois appris leur métier sur le tas ou tardivement, parfois après avoir exercé une autre profession dans le cinéma, ou même ailleurs.

Anecdote
Le réalisateur belge François Troukens, dont le premier film “Tueurs” a été présenté au Festival de Venise en septembre 2017, a un passé judiciaire. Il a fait de la prison en Belgique et en France. Durant sa deuxième incarcération, il a entamé une licence en Lettres Modernes, avant de devenir écrivain public pour ses codétenus et de se lancer dans l’écriture de scénario et la réalisation.
(Source : La Libre.be)

Son rôle
Le scénariste est la personne qui écrit l’histoire du film ou qui adapte une histoire déjà existante (par exemple un roman) pour le cinéma. En plus de rédiger l’intrigue, avec les personnages, les lieux et les ambiances, le scénariste est écrit généralement les dialogues. Pour certains films, on fait appel à un dialoguiste.

Avant le tournage
Le scénariste rédige un premier synopsis qui donne les grandes lignes du récit. Suit un traitement plus détaillé et enfin le scénario proprement dit. Un scénario fait parfois l’objet de plusieurs versions, jusqu’à ce que le réalisateur et le(s) producteur(s) soient satisfaits. Certains films sont parfois écrits par plusieurs scénaristes.

Pendant le tournage
Le scénariste n’est pas obligatoirement présent sur le tournage, sauf si des réécritures de dialogue ou de scène s’imposent.

Après le tournage
En général, le scénariste n’intervient plus.

Ses qualités
Le scénariste doit connaître le langage et les spécificités du cinéma : le scénario est un texte de référence et un outil de travail pour tous les intervenants d’un film. Il doit savoir écrire des dialogues qui paraissent naturels, avoir un sens du rythme dans la composition d’une intrigue. Certains réalisateurs sont leur propre scénariste. Il existe aussi des duos de scénariste et de réalisateur qui ont l’habitude de travailler ensemble. Ce fut notamment le cas en Belgique du scénariste Philippe Blasband et du réalisateur Frédéric Fonteyne.

Les études
L’écriture cinématographique à ses propres codes, plus proche du théâtre que du roman. Il existe des formations d’écriture de scénario, où l’on fait même la distinction en écriture de films et de séries.

Anecdote
Le film culte “C’est arrivé près de chez vous” s’est réalisé avec très peu de moyens. En plus de la production et de la réalisation, les trois acteurs et coréalisateurs Rémy Belvaux, Benoît Poelvoorde et André Bonzel ont coécrit le scénario, parfois au jour le jour, durant le tournage. En Belgique, beaucoup de réalisateurs écrivent eux-mêmes leur scénario. C’est le cas des frères Dardenne, de Jaco Van Dormael, de Joachim Lafosse, de Fabrice du Welz ou de Bouli Lanners.
(Source : La Libre.be)

Son rôle

C’est le cadreur qui « cadre », anciennement appelé « cameraman » C’est celui qui tient la caméra, le smartphone, ou l’appareil photo…
Il s’accorde avec le réalisateur pour définir le plan exact qui devra être rendu à l’écran.
Avant le tournage
Il découpe les scènes à filmer, et peut, selon ses accords avec le réalisateur, réaliser un storyboard ( schéma de la scène dessiné afin de mieux comprendre par rapport à la description littéraire )
Pendant le tournage
C’est lui qui  » tourne » et qui fait les déplacements avec sa caméra, smartphone ou autre.

Après le tournage
Il peut également s’occuper du montage car les images sont encore toutes fraîches.

 

Son rôle
La musique qui accompagne un film peut être une musique pré-existante (par exemple une partition de musique classique de Mozart ou une chanson connue) ou une musique originale spécialement écrite pour l’occasion. Dans ce dernier cas, on fait appel à un compositeur.

Rapport avec le tournage
Il n’existe pas de règle fixe concernant le moment où intervient le compositeur. Dans certains cas, un premier contact est pris par le producteur ou le réalisateur avant le tournage. Le compositeur peut commencer à imaginer la musique sur base de leurs indications et du scénario. Il peut éventuellement fournir des premières versions de sa musique, qu’on appelle “maquette” ou “démos”. Mais dans la majorité des cas, le compositeur écrira et composera à partir des images du film et, même, du montage final. Dans ce cas, il intervient donc en post-production. Le montage de certains films se fait parfois avec une “musique témoin”, qui n’est pas la musique définitive et parfois la musique d’un autre film, qui sert de référence. Il arrive fréquemment que des réalisateurs collaborent de manière régulière avec le même compositeur.

Ses qualités
Un compositeur maîtrise forcément le langage musical. Mais un compositeur de musique de film doit aussi savoir allier sa musique avec les images ou créer des “ambiances sonores” qui reflètent des émotions ou des atmosphères, soit en adéquation soit en opposition avec les scènes.

Les études
La majorité des compositeurs de musique symphonique sont passés par le Conservatoire. Mais il existe aussi des compositeurs autodidactes pour des musiques plus minimalistes ou dites modernes. Il n’existe pas, en Europe, de formation spécialisée en écriture de musique de film.

Anecdote
Pour “Toto le héros”, “Le Huitième jour” et “Mr Nobody”, c’est Pierre Van Dormael, le frère du réalisateur Jaco Van Dormael, qui a composé la musique.

(Source : La Libre.be)

Son rôle

Immortaliser cette aventure tout en y montrant l’envers du décor, et l’ambiance qui y règne.
Il pourra diffuser ses propres photos pour alimenter l’engouement autour du projet.

Son rôle
En collaboration avec le (ou les) perchman (perchiste), il enregistre les dialogues et les sons d’ambiance, en tentant d’éviter tous les bruits parasites et en contrôlant les niveaux d’enregistrement.

Avant le tournage
Une fois les lieux de tournage définis, l’ingénieur du son peut s’y rendre pour faire du repérage et ainsi déterminer le matériel dont il aura besoin. Il discute également avec le réalisateur des sons d’ambiance qui vont accompagner le film.

Pendant le tournage
L’essentiel du travail du preneur de son se réalise à ce moment-là. Armé de différents micros, de perches et de fils, le preneur de son enregistre les dialogues des acteurs et du son d’ambiance.

Après le tournage
Il transmet tous les sons qu’il a enregistrés au mixeur son et au monteur son. Ceux-ci vont les assembler et les intégrer avec les images dans la structure finale. Aux sons et dialogues enregistrés sur le tournage peuvent s’ajouter des bruitages réalisés en studio par un bruiteur son. Sur certaines productions, l’ingénieur, le mixeur et le monteur son sont une seule et même personne.

Ses qualités
Il doit s’adapter facilement à un environnement puisque les lieux de tournages varient, les conditions d’enregistrement du son également. Il doit surmonter tous les obstacles susceptibles de l’empêcher d’enregistrer un son de qualité.

Les études
Le métier d’ingénieur du son nécessite une réelle connaissance technique ainsi que du matériel. Pour ce métier pointu, plusieurs formations spécialisées existent.

Anecdote
Le tandem de mimes, danseurs et réalisateurs Fiona Gordon et Dominique Abel tourne des films burlesques, dénués de dialogues (“L’Iceberg”, “Rumba”, “La Fée” et “Paris Pieds Nus”). Mais, au contraire des films muets de jadis, les sons y sont importants. Ils sont même parfois source d’effets comiques. Abel et Gordon ont développé une relation de travail fidèle avec l’ingénieur du son Fred Meert. Sous le pseudonyme de Fredo Merto, ce dernier a réalisé un court métrage comique sans image, exclusivement basé sur le son, “Batyscaphe”.
(Source : La Libre.be)

Son rôle
Il est le responsable de la qualité des images tournées et de leur éclairage, de l’esthétisme des image en général. Le directeur de la photographie est également appelé “chef opérateur”.

Avant le tournage
Le directeur photo étudie le scénario. En plus de prendre contact avec les métiers liés à l’image (décorateur, responsable lumière, costumier…), il s’occupe de la découpe du scénario en séquences, avec le réalisateur et l’assistant réalisateur. Il peut faire des essais de plans avec des caméras pour avoir un aperçu de ce que donnera le résultat final.

Pendant le tournage
Il coordonne toutes les équipes techniques liées à l’image, c’est-à-dire les assistants opérateurs, les éclairagistes, les cadreurs. Il assure le tournage des scènes, sous la supervision du réalisateur. Le directeur photo est parfois lui-même le cadreur.

Après le tournage
En collaboration avec le monteur, il s’assure du résultat des images, il corrige les différences de couleurs et de contrastes entre les séquences tournées et peut modifier l’apparence des images grâce à l’harmonisation des couleurs – une étape que l’on appelle étalonnage.

Ses qualités
Il doit avoir des qualités techniques et artistiques, avoir un sens de l’image, du cadre et de la composition ainsi que la capacité à coordonner les techniciens sous sa responsabilité. Le directeur photo doit maîtriser les composantes techniques de la lumière et de l’image.

Les études
Celles-ci s’imposent dans ce métier très technique. La plupart des écoles de cinéma dispensent des formations spécialisées en la matière.

Anecdote
Les directeurs de la photographie belges ont la cote. Christophe Beaucarne, qui a œuvré pour Jaco Van Dormael, travaille en France depuis plusieurs années, notamment pour Anne Fontaine, Xavier Giannoli ou Mathieu Amalric. Benoît Debie, révélé aux côtés du réalisateur belge Fabrice du Welz sur “Calvaire” et “Vinyan”, a travaillé pour Gaspard Noé en France ou, aux Etats-Unis, sur “Spring Breakers” d’Harmony Korine et “Lost River” de Ryan Gosling.

(Source : La Libre.be)

Son rôle

Il/Elle s’occupe de l’esthétique de l’équipe d’acteurs à travers les différents postes que sont :

Le maquillage ( de base ou effets spéciaux )
La coiffure ( de base ou élaborée )
L’ habillage ( de base ou élaboré )

Ces 3 postes peuvent être gérés par la même personne, seuls sur les tournages professionnels que chaque poste est important.
Sur les tournages standards, on s’arrange comme on peut ! 🙂

Son rôle
Collaborateur direct, technique et artistique du réalisateur, le ou la scripte est responsable de la “continuité” : les scènes d’un film ne sont pas tournées dans l’ordre chronologique du récit. La continuité permet de vérifier la cohérence entre toutes les parties, tournées à des moments différents et de vérifier que toutes les scènes tournées sont “raccord” les unes par rapport aux autres. Par ailleurs, une scène peut faire l’objet de différentes prises. Le ou la scripte en note les variantes à destination du monteur.

Avant le tournage
Le scripte établit un pré-minutage du film à partir du scénario et participe au plan de tournage avec le réalisateur et l’assistant réalisateur. Il relève les éventuelles failles ou incohérence du scénario.

Pendant le tournage
Il est le garant de la cohérence finale. Il/elle vérifie avant chaque prise est en accord avec le scénario ou ce qui a déjà été filmé. Entre chaque prise, à l’aide de l’accessoiriste et des habilleuses, il s’assure que chaque élément est revenu à sa position initiale et note tous les détails nécessaires à la mise en place de la scène suivante. Il/elle rédige quatre rapports quotidiens : le rapport de montage (les informations utiles à connaître pour le monteur en post-production), le rapport image (utile pour l’étalonnage), le rapport de production (nécessaire pour suivre le tournage d’un film et veiller au contrôle du planning et des dépenses), le rapport journalier (fait le compte rendu exact de la journée de tournage)

Après le tournage
Le scripte intervient généralement peu, voire pas du tout. Mais ses rapports, notamment image et montage, sont primordiaux pour la post-production.

Ses qualités
C’est un métier qui exige rigueur, organisation et observation.

Les études
Les scriptes apprennent généralement leur métier sur le terrain. En Belgique, l’INSAS et l’IAD proposent une filière montage-scripte – les deux métiers étant liés dans la pratique.

Anecdote
L’Américaine Sarah Y. Mason est considérée comme la première scripte de l’histoire du cinéma, métier qu’elle inventa pour le tournage du film “Arizona” de Douglas Fairbanks en 1918. Le métier reste essentiellement représenté par des femmes en France et en Belgique. Alors que ce rôle est fondamental sur le tournage, il ne bénéficie d’aucune récompense aux Oscars, aux César ou aux Magritte…
(Source : La Libre.be)

Son rôle

S’occuper du bien-être de l’équipe.

Ce rôle de l’ombre est si important qu’il détermine l’ambiance sur le tournage.
Une bonne régie fait un bon tournage.

Il/Elle s’assure de l’intendance, du catering et de prendre soin de l’équipe au complet, que ce soit du petit sucre dans le café jusqu’à l’explication de la route à emprunter pour éviter un embouteillage 🙂

Son rôle

C’est la coordination entre les intervenants, mais aussi la communication autour de l’événement tout en y nourrissant les réseaux sociaux, démontrant l’ambiance géniale qui tourbillonne autour du projet dans sa propre commune.

Son rôle

C’est la partie orchestration de l’image. C’est lui ou elle qui donnera le ton du film, qui choisira ( avec ou sans le réalisateur ) les plans à intégrer. Il est le chef d’orchestre entre l’image, le son et la musique.
C’est lui qui a le dernier mot sur le film avant sa diffusion.

Son rôle

Juste être là et aider dans sa propre compétence à la réalisation du film.

Que ce soit un agriculteur qui prête son tracteur ou bien le pilote d’hélicoptère qui se propose à prendre l’équipe en charge lors de son saut en parachute au dessus de l’église du village d’à côté…:-)

Bref, toutes les petites mains et grandes pensées sont bonnes à prendre.

Son rôle

Hey bien là, c ‘est toi qui va nous l’expliquer dans le commentaire ci dessous !